[France]Pays chaunois : marchez sur les pas de Charlemagne

Un circuit international sur les traces de Charlemagne, roi des Francs, a été reconnu itinéraire européen le 4 juillet 2018. Cette Via Charlemagne passe en plein dans le Pays chaunois, et notamment à Quierzy, qui pourrait en bénéficier au niveau touristique.

 

La Via Charlemagne passe au cœur du Pays chaunois, notamment par la commune de Quierzy, très liée à la vie du roi des Francs.

La Via Charlemagne passe au cœur du Pays chaunois, notamment par la commune de Quierzy, très liée à la vie du roi des Francs.

Se promener au gré des villes et des chemins qui ont marqué la vie de Charlemagne, comme le font les pèlerins pour Saint-Jacques-de-Compostelle. Une activité qui pourrait devenir réalité avec l’annonce le 4 juillet dernier de la reconnaissance de la Via Charlemagne par le Conseil de l’Europe. Le projet de cet itinéraire qui suit la vie du roi des Francs par ville étapes a été mis sur pied depuis 20 ans par l’association rémoise Via Charlemagne. Le tracé traverse ainsi la France, mais aussi la Belgique, l’Allemagne, et l’Espagne. Un tronçon de ce parcours européen passe entre Reims, Laon et Noyon, au cœur du Pays chaunois. « Il y a beaucoup de lieux liés à l’histoire de Charlemagne » explique Noël Orsat, à l’origine du projet. « La voie passe ainsi par Soissons, Quierzy, Laon, Noyon, Compiègne, Néry… Chaque ville a une importance dans la vie de Charlemagne, qui a par exemple été sacré roi d’Austrasie à Noyon  ». Le roi des Francs a en effet laissé de nombreuses traces sur le territoire chaunois.

Des petites communes connues seulement des passionnés

Mais, pour l’instant, l’activité touristique autour de Charlemagne dans les communes du Pays chaunois n’est pas quantifiable, et réservée à une poignée de passionnés. « Ce sont essentiellement les férus d’histoire qui se déplacent, on n’a pas vraiment de retombées au niveau touristique » explique Olivier Timmerman, maire de Quierzy. Pour lui, c’est le manque de visibilité et de fonds qui en est la cause. «  Nous avons un monument construit dans les années 80 avec les principales dates de la vie de Charlemagne pour matérialiser son lien avec la commune, mais ce qu’il faudrait ce sont des reconstitutions. On aurait besoin de fonds et d’investissement ».

Le nouvel itinéraire pourrait donc être prometteur pour mettre en place une vraie dynamique le long du tracé. « La certification de la Via Charlemagne est intéressante pour notre région, puisqu’il n’existe que 32 autres itinéraires de ce type. Cependant, la nouvelle est relativement récente, et il n’y a pas encore de retombées locales » explique Jean-Luc Lanouilh, conseiller départemental.

Grâce à la reconnaissance européenne, l’association prévoit cependant le développement des nombreux projets pour les villes du tracé, même très localement. Elle a déjà organisé des ouvertures symboliques de certaines villes comme Strasbourg ou Charleville-Mézières, et veut créer une vraie dynamique entre les villes étapes. « Il faut un vrai travail entre les communes et l’association » souligne Noël Orsat. « À terme, et en fonction des demandes et de l’investissement des pouvoirs locaux, chaque étape pourra bénéficier de subventions européennes pour mettre en place des activités et visites autour de Charlemagne, ou accueillir des guides formés d’ici 2019 par l’association pour des visites locales » détaille Noël Orsat. Si la dynamique se met réellement en place à la rentrée, il se pourrait que Charlemagne emmène de nouveaux touristes jusqu’au cœur du Pays chaunois.

Quierzy, la petite commune du grand monarque

Quierzy est imprégnée de l’histoire de Charlemagne. Faute de documents, le lieu exact de la naissance du roi des Francs ne peut être déterminé de manière certaine, et la commune fait partie des dix villes européennes à se disputer le titre. Elle aurait également été le lieu de plusieurs conciles permettant à l’Église française de gagner en poids et en rayonnement international à cette époque.

SOurce : http://www.aisnenouvelle.fr/77170/article/2018-08-15/pays-chaunois-marchez-sur-les-pas-de-charlemagne

Publicités

Exposition – Les 4 fils Aymon, chevaliers d’Ardenne – jusqu’au 16 juin 2019

Affiche 4 fils Aymon BD.jpg

Affiche 4 fils Aymon BD

Les Croisières Charlemagne reprennent à Vireux-Wallerand

[
A partir du 1er Avril 2019, le bateau Charlemagne reprend du service !
Nous vous invitons à découvrir:
– La Croisière découverte (3h00)
– La Croisière détente (1h30)
En hors saison (Avril – Mai – Juin – Septembre)
En haute saison (Juillet – Août)
Toute les croisières programmées sont assurées, quelque soit le nombre de personnes à bord !
Val d’Ardenne tourisme
Place du château
08320 Vireux-Wallerand
croisiere@valdardennetourisme.com

 

[Via Charlemagne] Itinéraire Culturel et Touristique Européen Candidat à la certification du Conseil de l’Europe

Dossier de présentation du projet :

VIA CHARLEMAGNE PRES2018Bruxelles 2 MEM18charlemagne 001StatueCharlemagneHambourgcharlemagneTractalisman light4UneHistoire medievalAymoncharlopera3galimmardjeunessesceancharlo1.jpgcartecharlo2

[Cultures de l’Imaginaire] Histoire vraie d’une femme aventurière qui a damé le pion à Phileas Fogg.

Nellie Bly : mieux que Phileas Fogg, un tour du monde en 72 jours

Elle a fait le tour du monde en 72 jours en 1889. Son pari ? Être plus rapide que Phileas Fogg, le célèbre personnage de Jules Verne qui, lui, fit « Le Tour du Monde en 80 jours ». L’intrépide journaliste rencontra même Jules Verne en personne à cette occasion !

[EUROPE] Via Charlemagne : une nouvelle étape !

Lettre de transmission de flambeau du Président Jean-Marie Beaupuy :

nouvelle-etape-nouveau-president

VIE DE LA VIA CHARLEMAGNE

4PAGES CHARLEMAGNE 25042016_14PAGES CHARLEMAGNE 25042016_34PAGES CHARLEMAGNE 25042016-24PAGES CHARL 25avril2016-4

[Légendes – Europe] Charlemagne à Bordeaux, « l’Olifant de Roland » à la basilique Saint-Seurin ?

JPEG - 424.7 ko

Suite à l’infâme trahison de Ganelon son beau-père, Roland dut faire face à l’embuscade tendue par les Sarrasins au col de Roncevaux. Refusant de sonner de son olifant pour appeler Charlemagne à la rescousse, le preux Roland, après avoir ouvert la fameuse « brèche de Roland » en lançant son épée légendaire, « Durandal », va périr au combat. Charlemagne faisant demi-tour va détruire l’armée sarrasine et récupérer l’Olifant de Roland. Nous sommes en 788 ….

 

Le passage de Charlemagne à Bordeaux

Les corps de Roland, Comte des Marches de Bretagne, de son conseiller et ami Olivier, de l’archevêque Turpin, sont enbaumés et recouverts d’un drap de soie, les cadavres sont placés sur trois charrettes. La légende raconte que, le chemin du retour passant par l’Aquitaine, Charlemagne aurait déposé l’olifant rempli de richesses prises aux sarrasins sur l’autel de Saint-Seurin de Bordeaux, puis que c’est à l’église Saint-Romain de Blaye que les trois cercueils blancs auraient été déposés. Plus tard Ganelon sera condamné à mort et écartelé, alors que la belle Aude, sœur d’Olivier et fiancée de Roland, va selon la légende mourir sur le coup dès l’annonce de la triste nouvelle.

Olifant en ivoire

L’olifant à Saint-Seurin ?

La tradition affirme que l’olifant de Roland, le preux chevalier mort à Roncevaux et enseveli à Blaye, aurait été déposé par l’empereur Charlemagne sur l’autel de Saint-Seurin, comme l’évoquent les vers 3685 à 3687 de la Chanson de de Roland :

« vint a Burdeles, la cite de renun Dessus l’alter seint Sevrin le barun Met l’oliphant plein d’or et de manguns Li pelerin le veient ki la vunt. » 

Poème épique de 4000 vers en ancien français, transmis et diffusés en chants par les troubadours et jongleurs, la Chanson de Roland relate trois siècles après les faits, le combat fatal de Roland contre les Maures et la vengeance de Charlemagne.

Le guide des pèlerins de Saint-Jacques rédigé avant 1139 recommande à Bordeaux : de rendre visite au corps du bienheureux Seurin, évêque et confesseur, et de ne pas oublier d’admirer sur l’autel, le cor d’ivoire fendu par le souffle de Roland mourant.

La même tradition qui raconte beaucoup et prend des libertés, relate aussi que c’est bien dans la nécropole de Saint-Seurin, qui aurait été consacrée par le Christ et sept saints évêques, que certains des preux morts à Roncevaux auraient été enterrés. Ainsi au Moyen-Âge les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle venaient se recueillir à Saint-Seurin et écouter les récits légendaires entourant sa fondation.
La légende rolandienne serait née sur la route de Roncevaux racontée par les clercs de Saint-Romain de Blaye et de Saint-Seurin de Bordeaux aux voyageurs, chevaliers français participant à la reconquête de l’Espagne ou pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ce serait en fait la route du pèlerinage de Saint-Jacques qui aurait établi le premier lien entre la tombe de Blaye, l’olifant de Bordeaux et le champ de bataille de Roncevaux. 

Roland sonnant du corD’autres hypothèses

Il existe sept olifants dans les musées de France. Cors de guerre ou de chasse d’une grande dimension, faits d’une défense d’éléphant, le caractère précieux de ces objets, dû autant à la rareté de l’ivoire qu’à la qualité de leurs décors, favorisait l’accueil des olifants dans les trésors des églises. Olifants qui pouvaient servir de reliquaires et même devenir parfois des reliques eux-mêmes.

De tous les olifants conservés dans les musées et parfois associés à Roland, certains pensent que c’est celui de Saint-Sernin à Toulouse qui serait selon l’hypothèse la plus probable, l’olifant de Roland, même si certains spécialistes, dont Paul Dupuy, le conservateur du musée, pensent que le vénérable cornet de Toulouse ne daterait que de l’an mille …..

De quoi continuer à penser et faire savoir aux bordelais que la basilique Saint-Seurin de Bordeaux est bien le lieu où Charlemagne aurait déposé l’olifant de Roland ! ….. Allez donc la visiter ….

Source :  Contes et Légendes du Vieux Bordeaux Michel Colle

Strasbourg : mardi 16 décembre, ouverture de la Route Charlemagne

cropped-entetecharlo50.jpg

Après une centaine de villes et communautés de communes de 4 pays ( France, Belgique, Allemagne, Lettonie) situés entre Reims et Riga qui ont accepté d’ouvrir la Via Charlemagne en 2013,

STRASBOURG, capitale européenne, par la présence de son Maire M. Roland RIES, va procéder à la même manifestation, en plein air pour l’année Charlemagne.
Cette cérémonie se déroulera,
Le mardi 16 Décembre à 15h00
18 Rue des Carolingiens (quartier de la Montagne Verte)
A cette occasion, M. RIES lira la déclaration des Maires pour soutenir ce projet et présentera le texte du Serment de Strasbourg, aux côtés de M. Jean-Marie CAVADA, Député européen, Président du Mouvement Européen-France.et de Jo LEINEN Député européen, Président du Mouvement Européen International
Cet acte symbolique est à l’invitation de la Ville de Strasbourg, sous l’égide du Mouvement Européen International , du Mouvement Européen-France et sa section Alsace, en coordination avec la section de la Marne, initiatrice du projet.
 cartecarlo20141104

Route Charlemagne Aachen – Charlemagne idéalisé

Karlsbüste Domschatzkammer Aachen (c) Andreas Herrmann

Charlemagne est resté vivant

Charlemagne mourut le 28 janvier 814 en son palais d’Aix-la-Chapelle. Commença alors une véritable légende qui fit de lui le souverain idéal. Des familles nobles se réclamèrent de sa descendance. Les souverains d’Allemagne, de France et de Bohème se placèrent dans sa lignée. Dans leur cérémonie du couronnement, des lieux ou des objets de la vie de Charlemagne jouaient un rôle symbolique particulièrement important.

Le souvenir de Charlemagne perdura à travers le temps grâce aux conteurs de cour et aux légendes populaires. L’une d’entre elles est la Chanson de Roland qui se répandit à partir de France en Allemagne jusqu’en Europe de l’Est. Elle présente Charlemagne comme le premier croisé qui vainquit les Sarrasins lors d’une bataille dramatique à la suite de laquelle son neveu Roland meurt, victime d’une trahison. Cette histoire n’est que pure fiction mais elle a imprégné très profondément l’image que nous avons de Charlemagne.

Le buste de Charlemagne du XIVème siècle est également une expression artistique de la transfiguration de Charlemagne en une figure de la souveraineté intemporelle. Ce buste unit les symboles de l’empire allemand et celui de la royauté française. A l’intérieur se trouve sa calotte crânienne.

Buste de Charlemagne, vers 1349 
Trésor de la Cathédrale d’Aix-la-Chapelle

Route Charlemagne Aachen – Charlemagne idéalisé.