[Champagne-Ardenne – Ecologie] Ne jetez-plus vos bouchons en liège !

environnement – Développement durable – mardi 29 novembre
Les Professionnels du Liège organisent en Champagne-Ardenne, jusque fin janvier 2012, une importante opération de collecte de bouchons et de sensibilisation aux vertus du liège.
  • Rapportez vos bouchons chez votre caviste ou sur le stand dédié du Village de Noël de Reims.

    Rapportez vos bouchons chez votre caviste ou sur le stand dédié du Village de Noël de Reims.
Cela fait des siècles que le bouchon de liège naturel est le plus fidèle ambassadeur du liège. Au XVIIe siècle déjà, le moine Dom Pérignon utilisait les propriétés de ce dernier pour boucher les bouteilles de son fameux champagne. Cet obturateur aux qualités exceptionnelles est encore aujourd’hui le préféré et le plus demandé à la fois par les vignerons, les embouteilleurs et les consommateurs, tout particulièrement en Champagne où le bouchage au liège naturel est une tradition. C’est pourquoi la région viticole a été choisie par la Fédération Française des Syndicats du Liège (FFSL) et l’Association Portugaise du Liège (APCOR) pour une importante opération de sensibilisation au liège en mettant en place une grande collecte citoyenne des bouchons de liège usagés.
L’opération qui a débuté lors du VITeff, où pas moins de 5000 bouchons ont été collectés en quatre jours seulement, se poursuit actuellement auprès du grand public qui a rendez-vous chez leur caviste (une centaine en Champagne). En effet, ces derniers, équipés d’un « kit de collecte », composé de documentation sur les propriétés du liège et d’une urne, attendent les consommateurs de vin et champagne qui peuvent y déposer leurs bouchons. En parallèle, de grands containers de collecte ont été mis en place chez les industriels de la région. Enfin, les exposants et visiteurs champenois du Village de Noël de Reims sont également invités à participer en déposant leurs bouchons dans une urne présente sur le chalet des Professionnels du Liège. L’ensemble des bouchons collectés seront recyclés et transformés en revêtement de sol et de mur, en semelles de chaussures, ou intégreront la composition de matériaux servant à l’isolation thermique et acoustique.

J.D
Mécénat : les professionnels du liège au chevet de la cathédrale
En parallèle de leur politique en faveur de la protection de l’environnement, les Professionnels du Liège conduisent une opération de Mécénat en contribuant à la rénovation de la cathédrale de Reims. Elle sera formalisée, le 5 décembre prochain par la signature d’une convention avec la DRAC : la somme allouée sera affectée à la restauration de la rosace centrale de la cathédrale.
Publicités

[Conseil de l’Europe] Droits de l’enfant & économie sociale et solidaire

 » Projet de nouvelle stratégie (2012-2015) du Conseil de l’Europe dans le domaine des droits de l’enfant  » : une fenêtre pour l’ESS perçue et portée par les enfants et les jeunes en leurs territoires.

 » Dans le cadre du programme transversal « Construire l’Europe pour et avec les enfants » lancé en 2006, le Conseil de l’Europe prépare sa nouvelle stratégie pour la période de 2012-2015 sur les droits de l’enfant. La nouvelle stratégie propose une vision sur le rôle et l’action du Conseil de l’Europe dans le domaine des droits de l’enfant en s’appuyant sur le progrès accomplis depuis 2006 et en prenant en compte les besoins et les lacunes identifiés et les défis qui restent à relever dans ce domaine. Le projet de la nouvelle stratégie sera présenté lors de la Conférence qui se tiendra à Monaco les 20 et 21 novembre 2011 avant d’être soumis au vote du Comité des ministres du Conseil de l’Europe en janvier 2012. \ Promouvoir la participation des enfants à tous les niveaux (local, national, international) notamment par le biais de l’éducation à la citoyenneté démocratique et aux droits de l’homme. Dans le domaine de la participation des enfants, le CE va finaliser la recommandation du Comité des ministres sur la participation des enfants et des jeunes âgés de moins de 18 ans et en assurer la promotion auprès des responsables politiques, des professionnels, des parents et des enfants. Concernant l’apprentissage des enfants en matière d’éducation à la citoyenneté démocratique et d’éducation aux droits de l’homme, le CE va assurer la promotion de la Charte du Conseil de l’Europe sur ce sujet, notamment par l’aide à sa mise en œuvre et par des programmes de formation destinés aux professionnels de l’éducation des droits de l’homme et droit de l’enfant. Le CE souhaite également continuer l’action de responsabilisation des enfants dans l’environnement des nouveaux médias en les sensibilisant par les biais des outils existants (Manuel de maitrise de l’Internet du CE ; jeu en ligne pour les enfants « Through the Wild Web Woods » et le Manuel de l’enseignant qui l’accompagne) et des nouveaux outils (pour permettre la protection de la vie privé sur l’internet) mais également en encourageant l’élaboration des programmes de formation à la citoyenneté numérique responsable et de connaissance des médias. Pour la mise en œuvre du programme « Construire l’Europe pour et avec les enfants », dont la nouvelle stratégie fait partie, le Conseil de l’Europe va continuer de coordonner et consolider les partenariats avec divers acteurs internationaux, parmi lesquels le réseau ENOC (Réseau européen des défenseurs des enfants). « 

[Jeunesse – Réseaux sociaux] EDUCATION – Open SIM : un prof ouvre une classe virtuelle et invite ses élèves à reconstituer l’île de Planier

Contacter le prof :

https://plus.google.com/u/0/102963122625542164787/posts

[Marne – Innovation] Blesme – Première dans la Marne – solaire et éolien pour éclairer un hameau : Un lampadaire écolo et autonome

Le nouveau lampadaire  de Blesme fonctionne en totale autonomie grâce au vent  et au soleil.

Le nouveau lampadaire de Blesme fonctionne en totale autonomie grâce au vent et au soleil.

Non relié au réseau public, l’un des hameaux de Blesme est désormais éclairé grâce à un lampadaire fonctionnant à l’énergie solaire et éolienne.

LE maire de Blesme, Claude Doyen, s’était distingué en début de mandature par son combat contre les églises classées dans les petits villages, « un frein au développement et à l’installation de nouveaux habitants à proximité de celle-ci », assure-t-il. Trois ans après, il n’a pas changé d’avis sur la question mais a pris conscience qu’il est « impossible de tout changer ». Pour autant, ne pas tout changer ne signifie pas ne rien faire.
Depuis plusieurs mois, c’est donc par petites touches et avec des projets qu’il tente de convaincre du bien fondé de certains travaux pour l’avenir du village. L’installation la plus étonnante restant celle d’un lampadaire autonome, alimenté à la fois par l’énergie éolienne et solaire. Un choix qui fait sens car « le hameau dans lequel il est installé ne possède que deux foyers mais nécessite de la lumière pour permettre aux enfants de prendre le bus tous les matins », explique le premier magistrat.
Unique et parfaitement adapté
Bien trop cher à raccorder sur le réseau communal compte tenu des finances serrées du village de deux cents habitants, c’est par hasard que le conseil municipal a opté pour cette solution. Claude Doyen se souvient qu’un habitant du village, « en visite à la foire de Châlons avait vu l’exposition du système ». Après renseignements, le coût de l’objet, 5 000 euros, rentrait dans la limite haute du budget que l’équipe municipale s’était fixée.
Quelques galères plus tard au moment du montage financier, dues « à l’absence d’expérience du conseil général concernant ce type d’installations et qui a finalement décidé d’apporter une aide exceptionnelle car le pylône ne rentrait dans aucune des cases », les habitants se sont retroussé les manches et ont eux-mêmes fixé et scellé le poteau.
Depuis le raccourcissement des jours, l’engin fonctionne à plein régime et « apporte une satisfaction totale ». Un résultat « qui paraît meilleur et plus lumineux que celui de l’éclairage classique du fait de la technologie à led ». Qui plus est, « les habitants du hameau ont la responsabilité du programmateur qui permet de régler les horaires d’éclairage ».
Cette pièce unique dans le département donne donc entière satisfaction et « aurait pu être étendue à tout le village mais le coût est prohibitif ». A l’avenir toutefois, il ne sera pas incohérent de penser à cette solution au moment de remplacer les installations existantes.
Vianney PANNET