[Europe – Culture] OUVERTURE de la Route VIA CHARLEMAGNE

charlemagneCommuniqué
OUVERTURE VIA  CHARLEMAGNE
Du 15 au 17 septembre 2013 pour les fêtes de Roland Comte des Marches de Bretagne et Renaud Comte de Montauban, Duc de Dortmund , Chevalier  d’Ardenne , preux de Charlemagne , (quelquefois en opposition aussi avec lui), a été ouverte la VIA CHARLEMAGNE
par les représentants de plus de cent villes françaises , belges et allemandes situées dans l’ancienne Austrasie .
Chacune avait préparé à sa manière un événement pour laisser une trace spécifique de cette manifestation;
Trois reportages de télévision françaises et belges , et de nombreux articles de journaux ont été faits à cette occasion.
Sur une proposition du Mouvement Européen France-Marne avec le soutien du Mouvement Européen International, du Mouvement Européen Allemand, du Mouvement Européen du Luxembourg , du Groupement Européen Ardennes Eifel, de l’Association Route Européenne des Légendes, de Kréascientia,le Comité de jumelage Reims -Aachen nous avons donc franchi une nouvelle étape vers la reconnaissance de cette Route comme Itinéraire Culturel Européen par le Conseil de l’Europe
La prochaine étape se déroulera du 4 au 10 Novembre pour associer la partie sud repésentant l’ancienne Neustrie, l’Orléanais, la Touraine,,la Saintonge,l’Aquitaine  , la Gascogne , l’Andorre, et la Catalogne , ainsi que les villes du nord aui n’ont pu participer.
Ainsi pourrons nous être présents avec tous les projets que nos partenaires ont ou voudront développer pour faire apparaître le jubilé de Charlemagne de 2014 comme un grand événement rassemblant les Européens autour de leur Culture Commune et de leur Histoire Partagée.
Merci aux dizaines de personnes qui se sont associées tout au long de la Route et à celles qui ont participé à l’organisation.
Nous comptons sur votre soutien et votre participation active pour faire de cet événement un espoir pour l’Europe.
Bien cordialement
Noel Orsat
Pilote du projet Via Charlemagne
Vice-Président Délégué Mouvement Européen Marne
Publicités

[Europe – Itinéraire culturel] Ouverture de la Route Via Charlemagne

Déclaration du 15,16,17 septembre 2013

Via Charlemagne

cropped-entetecharlo.jpg     

           Nous souhaitons nous engager à faire en sorte que l’héritage de ce visionnaire du Moyen Age soit conservé et valorisé dans notre propre ville. En collaboration avec d’autres villes européennes, nous voulons mettre cela en valeur et donner du sens à l’œuvre importante de Charlemagne. C’est pourquoi nous favoriserons, nous soutiendrons des projets concernant Charlemagne et nous contribuerons ainsi à une large médiatisation. Celle-ci permettra aux citoyens d’aujourd’hui, aux élèves , aux étudiants de comprendre comment notre Europe a pu se bâtir grâce à ce premier travail de ce Père Fondateur. A l’occasion du 1200ème anniversaire de 814, nous participerons à l’itinéraire culturel, éducatif et touristique « Via Charlemagne » et nous nous réjouissons de partager cela avec des partenaires européens et d’accueillir ainsi sur une des principales Routes Européennes tous ces européens, mais aussi tous ces citoyens du monde entier qui voudront découvrir cette épopée.

Bienvenue chez nous.

Les Maires et Bourgmestres de la Route.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Du 15 au 17 septembre, plus de 10 maires et bourgmestres

ouvrent la Via Charlemagne (tracé nord)

Les maires et bourgmestres de villes européennes, situées sur une diagonale Barcelone-Hambourg, s’associent pour ouvrir la Via Charlemagne. Les dates du 15 septembre (Fête de Roland) et 17 septembre (fête de Renaud) ont été choisies pour cette première ouverture symbolique, car ces deux preux ont porté la notoriété de Charlemagne au-delà des limites de son Empire.

Porté par le Mouvement européen France Marne, avec le soutien de (liste des soutiens), le projet de «Via Charlemagne » vise à retrouver les racines de notre culture commune en marchant sur les pas de celui qui est considéré comme le « Père de l’Europe ». La Route retracera les itinéraires historiques et les pérégrinations de ce personnage symbole de l’Europe. Elle contribuera au développement d’un tourisme culturel et pédagogique au sein des régions et pays traversés et favorisera une communication interculturelle entre eux. Des guides conteurs multilingues nous emmèneront sur cette Via pour faire revivre son aventure .

Prévu pour une ouverture effective en 2014, cet itinéraire est destiné à obtenir le label d’Itinéraire culturel européen délivré par le Conseil de l’Europe. « A l’occasion du 1 200e anniversaire de 814, nous participerons à l’itinéraire culturel, éducatif et touristique Via Charlemagne et nous nous réjouissons d’accueillir ainsi sur une des principales routes européennes ces citoyens du monde entier qui voudront découvrir cette épopée », vont proclamer en septembre les maires et bourgmestres qui se sont associés à cette initiative.

 Agenda du Deroulement Ouverture Via Charlemagne v11
 sceancharlo.jpg
Contact : Noël Orsat, (coordinateur)
au 0033 (0) 3 24 30 51 50
Au 0033 (0) 6 76 49 18 84
Bertrand Schoentgen (relations avec le MEF)
au 0033 (0) 3 26 70 97 03
Vincent Rigaud (photographe)
Au 0033 (0) 6 70 63 74 02
François Vanhille (webmaster)
Au 0033 (0) 6 78 90 07 99
Dimitri Oudin (relations presse)
Au 0033 (0) 7 70 39 00 58

[Europa – Kulturelle Route] Opening Via Route Charlemagne

Deklaration vom 15,16,17 September 2013

Via Charlemagne

Das Erbe von Karl der Große ist für die zukünftige Entwicklung Europas sehr bedeutsam. Wir wollen uns dafür engagieren, dass das Erbe dieses Visionärs des Mittelalters in unserer eigenen Stadt gepflegt wird. In Zusammenarbeit mit anderen europäischen Städten werden wir uns für die Wertschätzung der Bedeutung von Karl dem Großen einsetzen. Dazu werden wir Projekte zu Karl dem Großen unterstützen und so zu einer breiten Beachtung beitragen. Unser Ziel ist es, dass Bürgerinnen und Bürger verstehen, wie Europa aufgebaut wurde und welche zukünftigen Perspektiven wir aus unserem gemeinsamen Erbe entwickeln können.

Anlässlich des 1.200 Jubiläums im Jahr 2014 beteiligen wir uns an dem Aufbau einer Europäischen Kulturstraße „Via Charlemagne“ und freuen uns auf den Austausch im Bereich Kultur, Pädagogik und Tourismus mit europäischen und internationalen Partnern. Wir sind uns bewusst über die Bedeutung des kulturellen Erbes und den Möglichkeiten der Zusammenarbeit in einer der wichtigsten Kulturstraßen Europas.

Herzlich willkommen in unserer Stadt.

Bürgermeister der Stadt Prüm

Bürgermeister der Stadt Reims Bürgermeister der Stadt Charleville

Bürgermeister der Stadt Liège Bürgermeister der Stadt Luxembourg

Bürgermeister der Stadt Paris

Via Charlemagne ist ein Konsortium unter Projektleitung von Mouvement Europèen Marne /F.

Unter der Schirmherrschaft von

Präsident des Europäischen Parlaments

Mr Alain Decaux de l’Académie française

Mr le Président de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe

de la représentation de la Commission Européenne en France

de Mme Catherine Lalumière (ancienne Secrétaire Générale du Conseil de l’Europe)

Mr Jacques Santer ancien Président de la Commission Européenne

Mit Unterstützung der europäischen Bewegung in Frankreich, Deutschland, Luxemburg und International

[Europe – Cultures de l’Imaginaire] Recrutement pour la Compagnie des 4 Fils Aymon – Communaute de communes Meuse et Semoy (Ardennes)

4filsaymoncie

2014 sera l’année du jubilé de Charlemagne (mort en 814) mais également celle de la sortie de la 1ère bande dessinée française dédiée à la légende des 4 Fils Aymon et illustrée par Hervé GOURDET dont le premier tome s’intitulera « Maugis : la naissance de l’enchanteur ».

Projet de création d’une « Compagnie médievale des 4 Fils Aymon » destinée à promouvoir la bande dessinée  lors de manifestations importantes sur notre région ou ailleurs…

Incarnez l’un des personnages de l’histoire.

Pour toutes les personnes des Ardennes et d’ailleurs pour participer à ce projet (couturières, décorateurs, cavaliers, figurants, bénévoles,..), voilà les contacts:

Hervé GOURDET

Tél : 06 48 58 75 69

Internet : http://www.aymon.fr

par mail : infos@oriande.fr

Recrutement pour la Compagnie des 4 Fils Aymon – Communaute de communes Meuse et Semoy (Ardennes).

UneHistoire medievalAymon

[Europe – rencontre interfrontalière] « Nous sommes les histoires que nous racontons sur nous-mêmes. »

Atelier de formation et d’idées pour développer une voie commune dans le folklore européen Vireux-Wallerand. 18.-24. Mars 2012

«Via Bayard»

L’Association Route européenne des légendes, en partenariat avec le Mouvement européen, a organisé un séminaire dans les Ardennes. L’objectif est de développer le travail conjoint avec les organisations de la Belgique, la France, le Luxembourg et l’Allemagne, un sentier de découverte transfrontalier d’une culture européenne commune : la «via Bayard ». Les publics cibles sont les enfants, les adolescents et les adultes.

Cinq éducateurs en formation : Tanya  Burgwinkel, Tilmann Hartkopf, Catherine Noell, Sebastian Schulz, la futur auxiliaire de puériculture Sevda Izki et le professeur George Kesting ont apporté les perspectives des Allemands dans le débat dont le thème principal a été une confrontation de points de vue sur notre histoire européenne commune et les légendes transfrontalières.

Vireux–Wallerand                                Le groupe allemand au centre de l’Europe des 15                                               Chateau le Risdoux

Les Quatre fils Aymon avec Renaud et leur cheval-fée Bayard ont joué le rôle principal, Charlemagne avec eux et les pays riverains du Rhin comme toile de fonds, Roland – et notamment outre-Rhin, où l’Arc Roland est une destination bien connue. L’empereur Charles mérite bien le qualificatif de premier Européen. Il est l’homonyme du Prix Charlemagne, décerné depuis 1950 par la ville d’Aix la Chapelle aux personnes ou institutions qui ont œuvré  pour la promotion de l’Europe.

Sortez du temps

Devant notre hôtel, le Château Le Risdoux, coule près de Vireux-Wallerand, la Meuse. En début de matinée un brouillard flotte au-dessus de la surface de l’eau. La perception du temps semble être ici dans les Ardennes, au diapason des perceptions que nous évoquent ce brouillard au dessus de la rivière. Lentement, nous avançons dans les premières années de l’histoire européenne commune. Ce sont leurs traces et les traces de la légende, que nous allons suivre dans les prochains jours.

La question qui s’est souvent posée, est que ce qui est historiquement prouvé, et  ce qui tient de la poésie, du folklore, nous a amené à la conclusion que nous rencontrons là deux vérités. La vérité des faits historiques vérifiables. L’autre vérité, celle des vieilles histoires en images compressées, signification que nous sortons de notre mémoire quand nous en avons besoin. La légende de Renaud  a était racontée de siècle en siècle, de bouche en bouche, puis dans le Haut Moyen Age par une forme littéraire adaptée sur le papier. Renaud a vraiment eu lieu dans le château ou les personnes étudiées en Belgique, en France, dans un endroit où ils ont apporté dans le cadre de la légende. Alors, ils ont fait l’annonce sur leurs prévisions.

Nous avons réalisé à nouveau que les deux vérités ne sont pas toujours strictement distingué de l’autre, ils se jettent dans l’autre. Donc, nous avons traité nous un moment où nous nous hineinträumten que dans les légendes.

Découvrez des traces

Cette semaine, nous Charlemagne et Reinold, accompagné de son cheval Bayard à chaque tour. Le thème est passionnant et notre charge de travail considérablement. Nous avons été accueillis par le maire et a reçu la visite d’experts. Nous sommes allés à des endroits historiques et mythiques. Nous avons appris les faits et écouté des histoires. Les vieux jours sont maintenant dans les Ardennes. Ils nous ont rencontrés dans la forme de fouilles, des châteaux, des villes, des sculptures, des musées et des phénomènes naturels étonnants. Chaque objet est associé à l’histoire et des histoires – rien pour attirer les touristes. Mais nous voulons dire plus que belle Wat isset ici.

Le centre géographique de l’Europe de 15 Etats ont été le point de départ pour une tournée. Au point symbolique pour l’Allemagne, nous faisons notre photo de groupe. L’archéologue Jean-Pierre Lemant nous a conduit à des fouilles romaines. Nous avons passé des endroits où l’influence romaine est visible dans la langue, la structure et la culture de l’Europe.

Puis une église quelconque, La Collégiale. Est-ce l’église, où vous devinez le tombeau Pépin le Bref, père de Charlemagne? Comment venir ici dans la crypte d’une inscription en allemand? Est-ce vraiment sombre château Château de Montcornet Reinold retranché et ses frères, pour se protéger de la vengeance de Charles jusqu’à ce qu’il a été trahi par un ami?

Et maintenant: aller tranquillement sur ce lac. Les fées sont nerveux. Une petite fille a dit une fois: j’ai vu la fée et elle était bleue. Voir fées à qui est l’apanage des enfants. Et puis il a pris notre photo de groupe sur le dessus du lac, une petite fée à nouveau – nous avons appris à nous laisser aller.

Noel Orsat et Jean-Pierre Lemant

Pippin tombe dans la Collégiale?

La Collégiale

Noel Orsat, l’initiateur via bayard, glissé dans une médaille d’or tourné et nous a tiré dans le rôle de Charlemagne dans les Reinolds aventures et ses frères. À Charleville-Mézières, vous pourrez découvrir que la magie sous la forme d’un spectacle de marionnettes. Et puis sur la route d’un réservoir de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Sedan, quand nous rencontrons la guerre moderne – mais c’est une autre histoire et l’objet d’une réunion de suivi.

Noel Orsat au centre de l’UE-15

Développer des idées

Le contenu était beaucoup de travail. Développement de la connaissance historique. Faire face à la question disent. Développement des moyens méthodologiques et didactiques pour livrer les annonces matérielles. Développement du concept d’un séminaire pour la formation de multiplicateurs.

Un sujet résistant à la

Le thème est résistant. Pourquoi devrions-nous jamais traiter avec un matériau de 1000 ans. N’avons-nous pas d’autres problèmes?

· La moyenne d’âge est loin, il n’a rien à voir avec nous et était, comme le dit la légende, sombre. Serait-il pas passionnant de voir comment le Dr Rita partenaire du projet Darboven proposé dans la ville européenne de la Chapelle, sous la forme de « l’histoire moderne locale » a « ligne à retard » à placer dans le passé, pour savoir si nous pouvons trouver des traces de ce qui sont l’Europe peut être une idée unificatrice – sur les frontières nationales, ce qui est plus que l’ouverture des écrans financiers?

· En Allemagne, presque personne ne connaît cette vieille légende de Haimonsbrüder, mais Français et les Belges sont tellement familiers, il ya des raisons pour que mensonge dans un passé récent et le blocage de notre point de vue? Serait-il logique de trouver avec nos voisins à ce sujet cette semaine, pourquoi est-ce?

• Être avec quatre chevaliers sur un accord de cheval, qui est commune à vivre une aventure vraiment agréable, mais vous devez savoir cela? Mais comment faire lorsque nous nous inquiétons de ce que l’artiste de Cologne Heinz Klein-Arendt (1916-2005) pensait quand il a créé la sculpture de Haimonskinder et être placé directement en face d’une boîte brune école élémentaire.
Chevalier Bayard assis sur pas plus, mais quatre enfants. Klein-Arendt écrit. La sculpture est « symbole de l’école, le devenir, mène dehors dans la vie. » Puis nous apprenons que cette école est excellente comme une école européenne et certifié, il n’est plus une question de l’endroit où le trajet Haimondskinder moderne. Si les enfants sont les coureurs, mais alors qui est le cheval qui les porte?

· Aujourd’hui, nous avons besoin d’autres modèles comme un cheval de bataille vieux, qui étaient impatients, en soufflant, et pour mesurer les forces au combat. Mais nous reconnaissons dans ces histoires sont assez relation claire ne possède pas? Amitié et de trahison, de persécution et de vol, les blessures et de la vengeance, la puissance et l’impuissance, l’isolement derrière les murs du château et de l’ouverture vulnérables, l’humilité et la vanité, la peur et la maîtrise de soi, la justice et la liberté des questions dans lesquelles nous travaillons à travers nous aujourd’hui.

· Quatre chevaliers à cheval, un non-sens. La preuve historique est que les chevaliers du temple, comme un signe d’humilité, le partage d’un cheval. Ici, il ya quatre ans. Le Four est à déchiffrer symbolique. Nous apprenons, par exemple, les quatre comme un certain nombre de compensation, comme un symbole pour le monde et son ordre, il suffit de penser aux quatre points cardinaux et les quatre éléments. En raison de la paradis des Juifs, chrétiens et musulmans coulé quatre cours d’eau. Le christianisme est transmis à travers quatre évangiles.
Nous savons depuis les temps anciens, les quatre vertus cardinales de la sagesse, rend le courage, la tempérance et la justice, sont Thomas d’Aquin par trois vertus spirituelles de la foi, l’amour, l’espoir au nombre de sept ans. Sept ans, c’est en contradiction avec Charles Reinold. Puis il fait la paix. Reinold revient finalement à Cologne et construit avec la cathédrale.
Le Sept est un nombre qui apporte quelque chose à l’achèvement, comme le septième jour sur lequel on se libère des contraintes de gagne-pain quotidien. Voici une porte s’ouvre dans l’avenir. On peut rêver et de spéculer.

· Le résultat est une nouvelle route Say, peut sans risque être laissée aux municipalités intéressées et les associations touristiques. Mais ce n’est pas que dans un collège carrière passionnante activement à façonner d’une manière qui est conçu pour connecter les gens et à l’étranger, ils devraient se réunir pour parler, stimule l’imagination?

· Les enfants et les jeunes sont intéressés par toute façon juste pour eux-mêmes, peut-être pour le monde mythique des jeux informatiques et Cyber-shots. Comment serait-il de combiner les deux – le cyber-monde et l’histoire, de la communication internationale dans le cyber-espace avec une vraie rencontre. N’est-il pas vrai que d’une identité transnationale exige racines, les similitudes et non ce qui divise au centre?

Le scepticisme est nécessaire, et les rêves

Le scepticisme, surtout pour nous par les Allemands ont fait valoir, est donc nécessaire. De nos partenaires, nous pouvons apprendre qui ne peut être tout, et nous nous priver de nombreuses occasions où nous pouvons commencer l’histoire jusqu’en 1933. Tisser un chiffon c’est-à-dire, dans lequel on peut broder notre échantillon. La beauté est que les conflits sont des légendes il ya si longtemps que nous ne se sentent plus personnellement nous a touchés. Néanmoins, nous pouvons affirmer de manière constructive à propos de nos questions qui nous touchent aujourd’hui.

En bref, en parlant de la Haimonskinder, nous parlons de nous-mêmes si nous sommes les histoires que nous racontons sur nous-mêmes, comme Erich Zenger dit, puis nous avons aussi une responsabilité de s’assurer que nous prenons le resistiveness de la substance jusqu’à ce que la diversité les facettes de la mise en forme et d’accepter l’offre de nos partenaires européens à s’engager avec eux sur le chemin commun du voyage à « via bayard ».

Le romancier et essayiste français Pascal Bruckner (1948) se sont plaints en Avril 2012, la situation en Europe, « Ce qui semblait si solide, est friable, qui a été gagné de façon permanente, se révèle être éphémère. Même si, un nombre croissant de nos contemporains dans leur pays, les régions, les familles comme avant un orage qui balaie sur eux. « Il plaide pour une Europe unie, qui puise son énergie dans les idées du siècle des Lumières. Le travail transfrontalier dans la région est, contrairement aux craintes de Bruckner que le point de départ d’une Europe éclairée fondée sur la solidarité.

George Kesting

[Europe – Culture] Séminaire européen interfrontalier : Culture Commune !

article L' Ardennais séminaire n°2

 

[Europe – Culture commune] Séminaire interfrontalier 26 nov au 2 déc en Ardenne

Comment positiver notre Histoire commune ?
Des itinéraires culturels européens
L’association de la Route Européenne des Légendes, fédérée dans la Ligue de l’Enseignement, s’appuie sur les
grandes légendes européennes pour établir des circuits de découverte des traces laissées par ces légendes
dans les différents pays européens voisins. Elle coopère aussi avec le Groupement Européen Ardennes Eifel qui
travaille sur la Voie Verte Trans-Ardennes, le Mouvement Européen qui travaille sur la Route Charlemagne, la Via
Regia qui travaille sur la voie royale de commerce Est-Ouest, la Via Belgica qui travaille sur la chaussée Brunehaut
et les Chemins de Compostelle. Toutes ces routes sont destinées à faire découvrir le patrimoine culturel commun
en Europe. Elles cherchent de façon prioritaire à transmettre cet héritage à un public de jeunes. C’est pourquoi
l’association de la Route Européenne des Légendes a proposé à des organisations de jeunesse en Europe un
séminaire de réflexion.

Un séminaire européen
Nos quatre pays, la France, l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg, partagent un massif montagneux et
forestier commun appelé l’Ardenne et l’Eifel. Nos frontières l’ont coupé en quatre morceaux. En d’autres temps,
il a été unifié et a connu d’autres frontières. C’est pourquoi nos quatre organismes français, belge, allemand
et luxembourgeois ont décidé de se grouper pour faire découvrir ce patrimoine en proposant de former des
accompagnateurs de jeunes, capables d’utiliser la richesse historique et légendaire de ces lieux dans leurs
animations.
Pour construire une formation
Le Programme « Jeunesse en Action » de l’Union Européenne soutient notre démarche et finance ce premier
séminaire européen de réflexion, destiné à jeter les bases d’une future formation européenne d’animateurs
culturels transfrontaliers, capables d’être des ambassadeurs de leurs territoires vis-à-vis des populations voisines
aussi bien que de touristes lointains.
Débouchant sur un diplôme reconnu
Nous allons nous appuyer sur un diplôme existant en France, le BP JEPS (Brevet Professionnel de la Jeunesse, de
l’Éducation Populaire et du Sport), pour essayer de bâtir les référentiels de compétences dont nous avons besoin
pour ce projet, ainsi que sur les avis des quatre organisations partenaires, afin d’être en mesure par la suite de
bâtir un diplôme européen. Ainsi notre projet peut-il être considéré comme un projet pilote.
De Charlemagne à Robert Schuman
En effet, nos territoires sont situés au centre géographique de l’Europe et ont été le théâtre de très nombreux
conflits. C’est là notamment, que le paroxysme de deux conflits mondiaux s’est exprimé. C’est là cependant,
qu’est née la 1ère idée d’Europe. C’est là que tout a commencé et que tout a fini, pour finalement aboutir à une
Renaissance. Réaliser un apprentissage de cette Histoire sur le terrain, ainsi que le prônaient les rénovateurs de la
pédagogie comme Célestin Freinet par exemple, c’est aussi faire découvrir que les mêmes sites ont été le théâtre
de plusieurs conflits, de l’époque des Gaulois jusqu’aux deux conflits mondiaux. Réaliser cet apprentissage en
mettant en place des circuits contés pour restituer cette histoire à partir des traces qui en sont restées, c’est
raconter aux jeunes générations nos Iliades et nos Odyssées.
La géographie a prédestiné ces lieux à être le théâtre de conflits militaires déjà aux périodes gauloises et romaines,
suivies par les invasions barbares (qu’on appelle en Allemagne « la migration des peuples »). Nous sommes aussi
à la jointure d’une ligne de partage entre les langues latines et les langues germaniques.
Relier ces lieux pour restituer ces épisodes, pour ne pas dire ces épopées, c’est aussi s’intéresser à l’Histoire des
Hommes, celle de nos pères, celle de nos mères, de nos grands-mères, de nos grands-pères. C’est aussi raconter,
retrouver, célébrer des actes étonnants, performants, subjuguant, de courage et de lâcheté, d’intuition, de génie,
mais aussi de trahison. Bref, c’est l’Histoire de notre continent qui s’est jouée ici, et même l’Histoire du monde.
Relier ces sites pour raconter ces guerres permet de mieux comprendre d’autres époques, d’autres situations, de
garder le souvenir. Car ce fût aussi la matrice de l’Europe, la 2ème Europe, celle d’aujourd’hui : cette fantastique
expérience pourtant déjà souhaitée en vain par le Roi de France et de Navarre Henry IV, par Charles de Saint
Pierre, par Victor Hugo, par Aristide Briand, Gustav Stresemann et le Comte de Coudenhove-Kalergi, mais jamais
réalisée à ce moment. Il a fallu des souffrances extrêmes, des abominations, mais aussi combien d’héroïsme pour
cette maïeutique.
Remonter à la source peut permettre de relier ce passé avec notre présent, et ceci par delà nos
frontières, qui ont coupé jusqu’à la connaissance de tous ces faits (Légendes comme Histoire). Ainsi,
Français, Allemands, Belges et Luxembourgeois, avons-nous décidé de nous grouper dans ce séminaire
en quatre étapes, pour essayer de relier les différents sites, afin d’en préparer une exploitation
pédagogique, mais aussi touristique, et pour nos quatre peuples et pour tous les autres visiteurs. Car
Ruines romaines du relais pour voyageurs de Chameleux installé sur la voie Reims Trèves
le monde entier est venu se battre ici, il peut y revenir pour se souvenir, pour découvrir, pour comprendre.
Préparons-nous à les accueillir, ces « touristes de mémoire ».
Au moment où nous allons célébrer le jubilé de Charlemagne mort en 814, en même temps que l’on commémore
le centenaire de la Première Guerre Mondiale, débutant en 1914.
D’ailleurs le lien est à faire, de l’éclatement de l’Empire de Charlemagne lors du Traité de Verdun suite aux
mésententes de ses petits fils, et la Première Guerre mondiale. L’Europe a vécu un millénaire de guerres civiles,
souvent pour savoir à qui appartiendrait la Lotharingie. Ainsi en 814, puis en 1814, et enfin en 1914.
Organisation, Public visé et conditions de participation
Une équipe d’organisation européenne constituée d’un Français, d’un Allemand, d’un Belge et d’un
Luxembourgeois, représentant la Route Européenne des Légendes (F), le Collège Professionnel Ehrenfeld de
Cologne (D), le Groupement Européen Ardenne Eifel (B), et la Fédération des Clubs de jeunes du Grand Duché du
Luxembourg (L). Noel Orsat, Maurice Lotsch, Véronique le Bichot, Jean-Luc Duvivier de Fortemps, ainsi que des
intervenants spécialistes de la période considérée, comme Jean-Pierre Lémant (archéologue).
Le séminaire de réflexion aura lieu en français et en allemand. Il n’est pas indispensable que les participants
disposent de connaissances linguistiques dans les deux langues, car une interprétation consécutive sera assurée
par une animatrice-interprète.
Ce séminaire vise des personnes intéressées par l’Histoire, la littérature, le conte, la formation, les politiques
« jeunesse », et la Construction Européenne. L’inscription doit se faire auprès du partenaire du pays dont on est
ressortissant.
Le transport pour se rendre au lieu de séminaire sera remboursé à 50% selon un barème établi. La Ligue de
l’Enseignement apportera sa compétence en matière d’ingénierie de formation.
Une coopération est établie avec le CIDEM (Civisme et Démocratie) qui soutient la démarche et met à disposition
deux expositions sur le thème de la Résistance en Europe et en Allemagne.

Document complet à télécharger avec le programme de novembre :

seminaire interfrontalier Europe Culture commune_novembre -2012

[Europe – Culture – Education] « Via Bayard » – Berufskolleg Ehrenfeld : « Wir sind die Geschichten, die wir von uns erzählen. »

 

 

Fortbildung und Ideenwerkstatt zur Entwicklung eines gemeinsamen europäischen Sagenweges in Vireux–Wallerand. 18.-24. März 2012

 

« via bayard »

Der Verein Ligue de l’Enseignement / Europäische Sagenstraße hat zu einer Fortbildung und Ideenwerkstatt in die Ardennen eingeladen. Ziel ist es, in gemeinsamer Arbeit mit Organisa­tionen aus Belgien, Frankreich, Luxemburg und Deutschland einen grenzüber­schreitenden Entdeckungsweg der gemeinsamen europäischen Kultur zu entwickeln: die «via bayard». Zielgruppe sind Kinder, Jugendliche und Erwachsene. 

Fünf angehende Erzieher/-innen Tanja Burgwinkel, Tilmann Hartkopf, Kathrin Nöll, Sebastian Schulz, die zukünftige Kinderpflegerin Sevda Izki und der Lehrer Georg Kesting brachten die Perspektiven der Deutschen mit ins Spiel. Thema ist die Auseinandersetzung mit der gemeinsamen europäischen Geschichte und grenzüberschreitenden Sagen.

Vireux–Wallerand
Die deutsche Gruppe am Mittelpunkt Europas der 15
Chateau le Risdoux

 

Die vier Haimonskinder mit Reinold und seinem Wunderpferd Bayard spielen die Hauptrolle, Karl der Große tritt auf und der den Rheinländern wohlbekannte Roland – der Rolandsbogen ist als Ausflugsziel bekannt. Kaiser Karl kann durchaus als erster Europäer verstanden werden. Er ist Namensgeber des Karlspreises, der seit 1950 durch die Stadt Aachen an Persönlichkeiten oder Institutionen vergeben wird, die sich für Europa stark gemacht haben.

Aus der Zeit heraustreten

Vor unserer Unterkunft, dem Chateau le Risdoux in der Nähe von Vireux–Wallerand fließt die Maas Meuse träge dahin. Morgens liegt lange der Nebel über dem Wasser. Die Zeitempfindung scheint sich hier in den Ardennen dem Tempo des Flusses angeglichen zu haben. Langsam bewegen wir uns in die frühen Jahre der gemeinsamen europäischen Geschichte. Ihren Spuren und den Spuren der Sage werden wir in den nächsten Tagen folgen. 

 

Die oft nicht zu klärende Frage, was ist historisch belegt, was ist Dichtung, führte uns zu der Erkenntnis, dass uns hier zwei Wahrheiten begegnen. Die eine Wahrheit ist die der nachweisbar geschichtlichen Tatsachen. Die andere ist die sich in Bildern alter Erzählungen verdichtende Bedeutung, die wir uns erst erschließen müssen. Die Reinold-Sage wurden von Jahrhundert zu Jahrhundert von Mund zu Mund weitererzählt und dann im hohen Mittelalter durch eine literarische Form gezähmt zu Papier gebracht. Hat sich Reinold wirklich in dieser Burg aufgehalten oder suchten sich die Menschen in Belgien, in Frankreich einen Ort, den sie mit der Sage in Verbindung brachten. So machten sie die Sage zu ihrer Sage. 

Wir erkannten immer wieder, dass beide Wahrheiten nicht immer streng voneinander zu unterscheiden sind, sie fließen ineinander. So genehmigten wir uns Zeiten, in denen wir uns nur in die Sagenwelt hineinträumten.

Spuren entdecken

In dieser Woche begleitete uns Karl der Große und Reinold mit seinem Pferd Bayard auf Schritt und Tritt. Das Thema ist spannend und unser Arbeitspensum enorm. Wir wurden vom Bürgermeister empfangen und erhielten Besuch von Fachleuten. Wir begaben uns hinaus zu historischen und mythischen Orten. Wir erfuhren Fakten und hörten Geschichten. Die alten Zeiten sind gegenwärtig in den Ardennen. Sie begegneten uns in der Form von Ausgrabungen, Burgen, Städten, Skulpturen, Museen und erstaunlichen Naturerscheinungen. Jeder Fund ist mit Geschichte und Geschichten verbunden – alles auch touristisch interessantWir wollen aber mehr als nur sagen: Wat isset hier schön

Das geografische Zentrum eines Europas der noch 15 Staaten war Ausgangspunkt einer Rundreise. Am symbolischen Punkt für Deutschland machen wir unser Gruppenfoto. Der Archäologe Jean-Pierre Lémant führte uns zu römischen Ausgrabungen. Wir begegneten Orten, wo der römische Einfluss auf Sprache, Struktur und Kultur Europas sichtbar wird. 

Dann ein unscheinbares Kirchlein, La Collégiale. Ist das die Kirche, wo man die Grabstätte Pippin des Kurzen vermutet hat, dem Vater Karls des Großen?   Wie kommt hier in die Krypta eine deutsche Inschrift? Hat sich in dieser düsteren Burg Château Montcornet wirklich Reinold mit seinen Brüdern verschanzt, um sich vor der Rache Kaiser Karls zu schützen, bis er von einem Freund verraten wurde? 

Und jetzt: Leise auf diesen See zugehen. Feen sind schreckhaft. Ein kleines Mädchen habe einmal gesagt: Ich habe die Fee gesehen und die war blau. Feen sehen zu können ist das das Vorrecht der Kinder. Und doch fand sich dann auf unserem Gruppenfoto oberhalb des Sees eine kleine Fee wieder – wir lernten, uns verzaubern zu lassen. 

Noel Orsat und Jean-Pierre Lémant
Pippins Gruft in la Collégiale?
La Collégiale

 

Noel Orsat, Initiator der via bayard, schlüpfte in ein goldenes Gewandt und zog uns in der Rolle Karls des Großen in die Abenteuer Reinolds und seiner Brüder hinein. In Charleville-Mézières  kann man diesen Zauber in der Form eines Marionettenspiels erleben.  Und dann an der Straße ein Panzer aus dem zweiten Weltkrieg, die Stadt Sedan, wo wir dem modernen Krieg begegnen  – aber das ist eine andere Geschichte und das Thema eines Nachfolgetreffens.

Noel Orsat am Mittelpunkt der EU der 15

 

Ideen entwickeln

Inhaltlich wurde viel gearbeitet. Erarbeitung historischer Kenntnisse. Auseinandersetzung mit dem Sagenstoff. Entwicklung methodisch-didaktischer Wege zur Vermittlung des Sagenstoffs. Konzeptionsentwicklung eines Seminars zur Ausbildung von Multiplikatoren.

Ein widerständiges Thema

Das Thema ist widerständig. Warum sollte man sich überhaupt mit einem über 1000 Jahre alten Stoff auseinandersetzen. Haben wir heute nicht andere Probleme? 

·   Das Mittelalter ist weit weg, es hat mit uns nichts zu tun und war, wie die Legende sagt, dunkel. Wäre es nicht spannend, wie Dr. Rita Darboven Projektpartnerin aus der Europastadt Aachen vorschlägt, in Form „moderner Heimatkunde“ eine „Zeitkette“ in die Vergangenheit zu legen, um zu erkunden, ob wir Spuren finden, die Europa zu einer verbindenden Idee werden lässt – über Nationalgrenzen hinweg, die mehr ist als das öffnen von Finanzschirmen?

·   In Deutschland kennt kaum jemand diese alte Sage der Haimonsbrüder, aber Franzosen und Belgier sind damit durchaus vertraut, gibt es dafür Gründe, die in der jüngeren Vergangenheit liegen und uns den Blick versperren? Wäre es sinnvoll mit unseren Nachbarn darüber ins Gespräch zu kommen, warum das so ist?

·   Sich mit vier Rittern auf einem Pferd auseinanderzusetzen, die gemeinsam Abenteuer erleben ist sicher ganz nett, aber muss man das wissen? Wie wäre es aber, wenn wir uns Gedanken darüber machen, was sich der Kölner Künstler Heinz Klein-Arendt (1916-2005) dabei gedacht hat als er die Skulptur der Haimonskinder schuf und sie direkt vor einer Grundschule in Braunsfeld platzierte.
Auf Bayard sitzen keine Ritter mehr, sondern vier Kinder. Klein-Arendt schrieb. Die Skulptur ist „Symbol der Schule, die den Werdenden in das Leben hinausführt“.  Erfährt man dann, dass diese Schule als Europaschule ausgezeichnet und zertifiziert ist, ist es keine Frage mehr, wohin die modernen Haimondskinder reiten.

 

·   Heute brauchen wir andere Vorbilder als alten Haudegen, denen es darum ging, sich aufzuplustern und in Kämpfen Kräfte zu messen. Aber erkennen wir in diesen recht klaren Beziehungs-Geschichten uns nicht selbst wieder? Freundschaft und Verrat, Verfolgung und Flucht, Kränkung und Rache, Macht und Ohnmacht, Abschottung hinter Burgmauern und verletzliche Offenheit, Eitelkeit und Demut, Angst und Selbstüberwindung, Gerechtigkeit und Freiheit sind Themen, an denen wir uns noch heute abarbeiten. 

·   Vier Ritter auf einem Pferd, so ein Blödsinn. Historisch belegt ist, dass die Tempelritter sich, als Zeichen der Demut, ein Pferd teilten. Hier sind es vier. Die Vier ist symbolisch zu entschlüsseln. Wir erfahren zum Beispiel die vier als eine Zahl des Ausgleichs, als ein Symbol für die Welt und ihre Ordnung, man denke nur an die vier Himmelsrichtungen und die vier Elemente. Durch das Paradies der Juden, Christen und Muslime flossen vier Ströme. Das Christentum ist durch vier Evangelien überliefert.
Wir kennen aus der Antike die vier Kardinaltugenden Weisheit, Tapferkeit,
  Mäßigung und Gerechtigkeit, die Thomas von Aquin durch drei geistige Tugenden Glaube, Liebe, Hoffnung zu einer Siebenzahl werden lässt. Sieben Jahre liegt Reinold mit Karl im Streit. Dann schließt er Frieden. Reinold begibt sich schließlich nach Köln und baut mit am Dom.
Die Sieben eine Zahl, die etwas zur Vollendung bringt, wie der siebte Tag, an dem man von den Zwängen des alltäglichen Broterwerbs befreit ist. Hier wird eine Tür in die Zukunft geöffnet. Wir dürfen spekulieren und träumen.

·   Dass eine neue Sagenstraße entstehen soll, kann man getrost den an der Touristik interessierten Kommunen und Verbänden überlassen. Aber ist es nicht spannend als Berufskolleg aktiv einen Weg mitzugestalten, der international konzipiert wird und Menschen verbinden, sie miteinander ins Gespräch bringen soll, die Fantasie anregt?

·   Kinder und Jugendliche interessieren sich eh nur für sich selbst, vielleicht für die Mythenwelt der Computerspiele und Cyber-Sagen. Wie wäre es beides zu verknüpfen – die Cyberwelt und die Geschichte, die Kommunikation im Cyber-Raum mit der realen internationalen Begegnung. Ist es nicht so, dass auch eine transnationale Identität Wurzeln benötigt, die Gemeinsamkeiten und nicht das Trennende in den Mittelpunkt stellt?

 

Skepsis ist notwendig, Träume auch

 

Skepsis, besonders von uns Deutschen vorgebracht, ist also notwendig. Von unseren Projektpartnern können wir aber lernen, dass das nicht alles sein kann und wir uns vieler Chancen  berauben, wenn wir die Geschichte erst 1933 beginnen lassen. Sagen weben also ein Tuch, in dem wir unsere Muster einsticken können. Das schöne ist, die Sagenkonflikte sind so lange her, dass wir uns nicht mehr persönlich betroffen fühlen. Trotzdem können wir uns über Themen konstruktiv streiten, die uns heute betreffen.

 

Kurz, indem wir über die Haimonskinder sprechen, sprechen wir über uns selbst. Wenn wir die Geschichten sind, die wir über uns erzählen, wie Erich Zenger sagt, dann tragen wir auch Verantwortung dafür, dass wir die Widerständigkeit des Stoffes erst nehmen, die  Vielfalt der Facetten in eine Gestalt bringen und das Angebot unserer europäischen Partner annehmen, sich mit ihnen auf den gemeinsamen Weg der „via bayard“ zu begeben.  

 

Der französische Romancier und Essayist Pascal Bruckner (*1948) beklagt im April 2012 die Situation Europas „Was so solide schien, ist mürbe, was dauerhaft errungen war, erweist sich als flüchtig. Auch darum schließen sich immer mehr unserer Zeitgenossen in ihre Nationen, Regionen, Familien ein wie vor einem Sturm, der über sie hinwegfegt.“ Er plädiert für ein solidarisches Europa, das seine Energie aus den Ideen der Aufklärung zieht. Die grenzüberschreitende Arbeit in der Region ist entgegen der Befürchtungen Bruckners gerade der Ausgangspunkt für ein aufgeklärtes solidarisches Europa.

BKE – Berufskolleg Ehrenfeld: « Via Bayard ». Georg Kesting

[Europe – Champagne Ardenne] Europe Infos n°65 – Mars 2012

Cliquez ici pour accèder au .pdf du journal :

 

Europe Infos n°65 – Mars 2012

[Champagne-Ardenne – Ecologie] Ne jetez-plus vos bouchons en liège !

environnement – Développement durable – mardi 29 novembre
Les Professionnels du Liège organisent en Champagne-Ardenne, jusque fin janvier 2012, une importante opération de collecte de bouchons et de sensibilisation aux vertus du liège.
  • Rapportez vos bouchons chez votre caviste ou sur le stand dédié du Village de Noël de Reims.

    Rapportez vos bouchons chez votre caviste ou sur le stand dédié du Village de Noël de Reims.
Cela fait des siècles que le bouchon de liège naturel est le plus fidèle ambassadeur du liège. Au XVIIe siècle déjà, le moine Dom Pérignon utilisait les propriétés de ce dernier pour boucher les bouteilles de son fameux champagne. Cet obturateur aux qualités exceptionnelles est encore aujourd’hui le préféré et le plus demandé à la fois par les vignerons, les embouteilleurs et les consommateurs, tout particulièrement en Champagne où le bouchage au liège naturel est une tradition. C’est pourquoi la région viticole a été choisie par la Fédération Française des Syndicats du Liège (FFSL) et l’Association Portugaise du Liège (APCOR) pour une importante opération de sensibilisation au liège en mettant en place une grande collecte citoyenne des bouchons de liège usagés.
L’opération qui a débuté lors du VITeff, où pas moins de 5000 bouchons ont été collectés en quatre jours seulement, se poursuit actuellement auprès du grand public qui a rendez-vous chez leur caviste (une centaine en Champagne). En effet, ces derniers, équipés d’un « kit de collecte », composé de documentation sur les propriétés du liège et d’une urne, attendent les consommateurs de vin et champagne qui peuvent y déposer leurs bouchons. En parallèle, de grands containers de collecte ont été mis en place chez les industriels de la région. Enfin, les exposants et visiteurs champenois du Village de Noël de Reims sont également invités à participer en déposant leurs bouchons dans une urne présente sur le chalet des Professionnels du Liège. L’ensemble des bouchons collectés seront recyclés et transformés en revêtement de sol et de mur, en semelles de chaussures, ou intégreront la composition de matériaux servant à l’isolation thermique et acoustique.

J.D
Mécénat : les professionnels du liège au chevet de la cathédrale
En parallèle de leur politique en faveur de la protection de l’environnement, les Professionnels du Liège conduisent une opération de Mécénat en contribuant à la rénovation de la cathédrale de Reims. Elle sera formalisée, le 5 décembre prochain par la signature d’une convention avec la DRAC : la somme allouée sera affectée à la restauration de la rosace centrale de la cathédrale.