La VIA CHARLEMAGNE au Sénat Français.

Réunion du 1er COMITE SCIENTIFIQUE

Palais du Luxembourg – Paris

03 juin 2015

EXTRAITS DES INTERVENTIONS

Benoît HURÉ – Président du Conseil Départemental des Ardennes – Sénateur

Accueille chaleureusement l’ensemble des participants.

Apporte son soutien naturel puisque les Ardennes sont très concernées par

Charlemagne : Légendes des 4 fils Aymon – Bateau « Charlemagne » inauguré à Givet le

11 juin 2015 – Liaison avec les vélo-routes européennes – Palais à Attigny -Sculptures …

René-Paul SAVARY – Président du Conseil Départemental de la Marne – Sénateur

Souligne l’importance de se rassembler autour de projets fédérateurs tels que la Via

Charlemagne. Ce nouvel itinéraire traverse la Marne où se trouve le talisman de

Charlemagne au Palais du Tau à Reims.

Benoît-Henri PAPOUNEAU – Administrateur du Palais du Tau,

Souhaite développer de nouveaux projets à partir des pièces dont il dispose.

Charles de COURSON – Député-Maire

Une des « villas » de Charlemagne était installée dans sa circonscription à Ponthion et

fut le théâtre d’une rencontre entre le Pape et le père de Charlemagne.

Il souhaite que les actions liées à la Via Charlemagne permettent de renforcer les liens

entre nos territoires et les populations qui y vivent ; Il propose notamment, un thème de

travail concernant les relations entre la politique et le religieux à l’époque de

Charlemagne et actuellement.

Jean-Pierre LOZATO-GIOTARD – Professeur

A l’aide de diapos très explicites a montré comment le développement de la Via

Charlemagne en terme de « produit touristique » entraine des enrichissements :

– Economiques

– Sociaux

– Culturels

Il souligne la nécessité de travailler avec l’ensemble des autres acteurs concernés, les

communes et collectivités publiques, les professionnels (hôtels, Tours opérateurs, …),

les offices de Tourisme, les autres itinéraires culturels, les organisations culturelles et

festives.

Ayant identifié plus de 60 lieux classés au patrimoine de l’UNESCO sur la Via

Charlemagne, il insiste sur la nécessaire complémentarité -notamment en terme de

communication.

Au niveau des retombées économiques, il présente les différentes catégories de profits

locaux selon les catégories de déplacements touristiques (de 50 à 350 euros par jour).

Il conclut en montrant le cadre du plan d’action à mettre en place au niveau de la Via

Charlemagne.

Pénélope DENU – de l’Institut I.C.E. (Itinéraires Culturels Européens)

Après avoir rappelé le fonctionnement du Conseil de l’Europe, insiste sur les exigences

imposées –données pertinentes fiables, authentiques- pour obtenir le label qui doit être

pluridisciplinaire, notamment au niveau des travaux du Comité Scientifique, et mettre en

évidence la valeur ajoutée de la Via Charlemagne.

Christophe VOROS – Président de la Fédération Française des I.C.E.

Indique la prochaine annonce d’une convention entre le ministère de la Culture et sa

fédération, pour mieux faire connaitre les 33 I.C.E., comme c’est le cas pour les sites

classés par l’UNESCO.

Catherine LALUMIERE – Ancienne vice-Présidente du Conseil de l’Europe

Insiste sur la nécessité pour la Via Charlemagne d’avoir un CONTENU très fort, en

particulier avec la participation d’éminents Historiens.

Philippe-Denis FÉE – Ministère de la Culture

Demande à la Via Charlemagne d’être aussi un outil de « créations ».

Jean Marie BEAUPUY – Président du M.E.M. – Administrateur du M.E.I.

Après avoir transmis les excuses de plusieurs experts, annonce la création de plusieurs

groupes de travail dont : Tourisme – Education – Histoire, qui réuniront des compétences

diverses et des experts de plusieurs Pays.

Le prochain Comité Scientifique, dans sa composition globale se tiendra au printemps

2016.En outre, il conviendra de décider d’un thème pour la « Journée Charlemagne » chaque

28 janvier.

———–

La réunion fut complétée par une photo de groupe prise au Palais du Luxembourg

devant le tableau qui représente Charlemagne.