[France – Culture] LA ROUTE CHARLEMAGNE OU VOIE DES LEGENDES – montagnes bigourdanes

Le Petit Journal | Culture | la légende des 4 fils Aymon
(la légende des 4 fils Aymon)
LA ROUTE CHARLEMAGNE OU VOIE DES LÉGENDES.
2ème volet : ROLAND LE PREUX, LES 4 FRÈRES AYMON ET LE CHEVAL BAYARD !!!

Ce deuxième épisodes sur La VOIE des LÉGENDES, va nous rapprocher de nos montagnes bigourdanes puisque c’est ici, entre autres lieux, que va prendre naissance la Légende de Roland de Roncevaux. Et qu’elle va aller à la rencontre des autres légendes carolingiennes.
« Voie Royale » !
C’est ainsi que l’on qualifie le plus souvent cette Route Charlemagne objet de l’attention de notre Mouvement Européen ayant pour objet l’ouverture touristique d’un grand axe Nord/sud sur la trace des légendes. C’est effectivement une voie royale qui s’ouvre en ce début de XXIème siècle un peu turbulent. Imaginez ! Dans le premier volet je vous disais que cette route se projette dans le rêve européen, de la Lettonie septentrionale à la très méditerranéenne Espagne et la mythique Barcelone. Avec une autre voie partant de nos Hautes-Pyrénées vers les Chemins de Compostelle en passant par Saragosse où est venu se fourvoyer notre Charles le Preux avant de devenir l’Empereur à la Barbe fleurie des légendes.

Pourquoi cette route suscite-t-elle un tel engouement ?


Simplement parce que le grand Charlemagne était un voyageur invétéré, qu’il aimait bien vérifier lui-même que tout allait bien dans le meilleur des mondes souhaité pour ses sujets, et que son empire était vaste ! Mais cela n’aurait pas suffit à ce que, 12 siècles plus tard il fasse l’objet de tant de sollicitude.
Il aura fallu que le Preux Roland et ses compagnons qui assuraient l’arrière-garde de l’armée de son tonton tombent dans une embuscade devenue célèbre et qu’ils y perdent la vie pour que la Légende Roland se mette en marche. Il était grand notre chevalier, elle en fit un géant ! Il avait une épée magique (don de son oncle?). Durandal, puisque c’est ainsi qu’elle se nommait, devint capable de pourfendre la montagne ! Et de mettre par la même occasion plein d’historiens sur… la brèche…! Son olifant résonna dans les Pyrénées suffisamment fort pour que Charlemagne fit demi-tour pour n’avoir plus qu’à relever les dépouilles de ses plus fiers paladins trahis par le fourbe Ganelon. Un moribond qui se fait entendre à 60 kilomètres de là environ ? Il manque pas de souffle…
Il faut aussi se situer dans le contexte de l’époque. Roland était «paladin», c’est à dire le plus haut grade de chevalerie, porteur du pouvoir sacré de la foi ; il était de haute noblesse – Comte des Marches de Bretagne – et cela conjugué fit un mélodrame épique de sa mort. Ainsi, dans l’imaginaire populaire, les trouvères et troubadours chantèrent les louanges de Roland qui continuait à chevaucher fièrement sur les Pyrénées. Je ne vous dirai pas ici la légende mais vous connaissez tous peu ou prou des passages de la Chanson de Roland, chanson de geste écrite 3 siècles plus tard environ. Ce qui importe c’est de comprendre que la légende ne se cantonna pas à nos contrées montagnardes.
La capitale de l’empire de Charlemagne était Aix-la-Chapelle en Allemagne actuelle
. Les paladins et chevaliers errants appartenaient à tous les plus grands comtés du Royaume, de la Lettonie actuelle à la lointaine Provence comme Olivier le Sage. Ces nobles véhiculaient eux-mêmes cette légende tant elle prônait le panache des chevaliers et le respect qu’ils pouvaient en attendre, grâce à la mort glorieuse de l’un des leurs. La légende essaima dans toutes les cours, dans toutes les bourgades de l’actuelle Europe. Elle devint mythique dans le monde anglo-saxon mais surtout on vanta la présence de Roland un peu partout, chevauchant Bayard, le cheval-fée des Quatre Frères Aymon, reçu en hommage – d’après leur propre légende – tant sa bravoure transforma l’ennemi de jadis en ami pour l’éternité.
Du Bordelais aux Ardennes, des Marches de Bretagne aux Flandres la légende pris son envol semblable à celui de Bayard capable de survoler les montagnes et qui à chacun de ses sauts fabuleux laissait dans la roche l’empreinte de ses sabots de même que Roland laissait son empreinte sur les rochers lui servant d’appui pour combattre victorieusement le Diable. Ainsi, du Nord au Sud, d’Est en Ouest de l’actuelle Europe les légendes épiques se mélangèrent prenant telle ou telle tournure selon les régions où elles avaient l’écoute du peuple.

Vous l’avez compris : la Voie des Légendes
qui est entrain de se créer mènera le voyageur sur les traces de Roland, de Bayard et des Frères Aymon, mais aussi de Pyrène et des milles héros de la mythologie pyrénéenne.
Dans le prochain volet je vous présenterai l’ardennais Noël ORSAT, initiateur du projet, membre du Conseil de l’Europe et commissaire européen. Vous découvrirez quel formidable challenge s’offre aux partenaires locaux du Tourisme, de l’Economie. Lors de l’assemblée constitutive de l’antenne pyrénéenne du Mouvement Européen, j’avais pris la parole pour dire à tous ceux qui auraient un rôle à jouer dans cette grande aventure humaine : « Les Etats-Unis n’ont que deux siècles d’Histoire. Ils ont réussi à créer une route devenue légendaire traversant leur pays d’est en ouest de Chicago à Los Angelès ! La Route 66, la route des légendes du Far West. Et nous, dont ils sont issus, ne saurions offrir une telle voie ? »
Le défi est à relever…
Guy Trousselle
Source : http://www.lepetitjournal.net/011016-340797-LA-ROUTE-CHARLEMAGNE-OU-VOIE-DES-LEGENDES.html_10
Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :