[Europe – Culture commune] Séminaire interfrontalier 26 nov au 2 déc en Ardenne

Comment positiver notre Histoire commune ?
Des itinéraires culturels européens
L’association de la Route Européenne des Légendes, fédérée dans la Ligue de l’Enseignement, s’appuie sur les
grandes légendes européennes pour établir des circuits de découverte des traces laissées par ces légendes
dans les différents pays européens voisins. Elle coopère aussi avec le Groupement Européen Ardennes Eifel qui
travaille sur la Voie Verte Trans-Ardennes, le Mouvement Européen qui travaille sur la Route Charlemagne, la Via
Regia qui travaille sur la voie royale de commerce Est-Ouest, la Via Belgica qui travaille sur la chaussée Brunehaut
et les Chemins de Compostelle. Toutes ces routes sont destinées à faire découvrir le patrimoine culturel commun
en Europe. Elles cherchent de façon prioritaire à transmettre cet héritage à un public de jeunes. C’est pourquoi
l’association de la Route Européenne des Légendes a proposé à des organisations de jeunesse en Europe un
séminaire de réflexion.

Un séminaire européen
Nos quatre pays, la France, l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg, partagent un massif montagneux et
forestier commun appelé l’Ardenne et l’Eifel. Nos frontières l’ont coupé en quatre morceaux. En d’autres temps,
il a été unifié et a connu d’autres frontières. C’est pourquoi nos quatre organismes français, belge, allemand
et luxembourgeois ont décidé de se grouper pour faire découvrir ce patrimoine en proposant de former des
accompagnateurs de jeunes, capables d’utiliser la richesse historique et légendaire de ces lieux dans leurs
animations.
Pour construire une formation
Le Programme « Jeunesse en Action » de l’Union Européenne soutient notre démarche et finance ce premier
séminaire européen de réflexion, destiné à jeter les bases d’une future formation européenne d’animateurs
culturels transfrontaliers, capables d’être des ambassadeurs de leurs territoires vis-à-vis des populations voisines
aussi bien que de touristes lointains.
Débouchant sur un diplôme reconnu
Nous allons nous appuyer sur un diplôme existant en France, le BP JEPS (Brevet Professionnel de la Jeunesse, de
l’Éducation Populaire et du Sport), pour essayer de bâtir les référentiels de compétences dont nous avons besoin
pour ce projet, ainsi que sur les avis des quatre organisations partenaires, afin d’être en mesure par la suite de
bâtir un diplôme européen. Ainsi notre projet peut-il être considéré comme un projet pilote.
De Charlemagne à Robert Schuman
En effet, nos territoires sont situés au centre géographique de l’Europe et ont été le théâtre de très nombreux
conflits. C’est là notamment, que le paroxysme de deux conflits mondiaux s’est exprimé. C’est là cependant,
qu’est née la 1ère idée d’Europe. C’est là que tout a commencé et que tout a fini, pour finalement aboutir à une
Renaissance. Réaliser un apprentissage de cette Histoire sur le terrain, ainsi que le prônaient les rénovateurs de la
pédagogie comme Célestin Freinet par exemple, c’est aussi faire découvrir que les mêmes sites ont été le théâtre
de plusieurs conflits, de l’époque des Gaulois jusqu’aux deux conflits mondiaux. Réaliser cet apprentissage en
mettant en place des circuits contés pour restituer cette histoire à partir des traces qui en sont restées, c’est
raconter aux jeunes générations nos Iliades et nos Odyssées.
La géographie a prédestiné ces lieux à être le théâtre de conflits militaires déjà aux périodes gauloises et romaines,
suivies par les invasions barbares (qu’on appelle en Allemagne « la migration des peuples »). Nous sommes aussi
à la jointure d’une ligne de partage entre les langues latines et les langues germaniques.
Relier ces lieux pour restituer ces épisodes, pour ne pas dire ces épopées, c’est aussi s’intéresser à l’Histoire des
Hommes, celle de nos pères, celle de nos mères, de nos grands-mères, de nos grands-pères. C’est aussi raconter,
retrouver, célébrer des actes étonnants, performants, subjuguant, de courage et de lâcheté, d’intuition, de génie,
mais aussi de trahison. Bref, c’est l’Histoire de notre continent qui s’est jouée ici, et même l’Histoire du monde.
Relier ces sites pour raconter ces guerres permet de mieux comprendre d’autres époques, d’autres situations, de
garder le souvenir. Car ce fût aussi la matrice de l’Europe, la 2ème Europe, celle d’aujourd’hui : cette fantastique
expérience pourtant déjà souhaitée en vain par le Roi de France et de Navarre Henry IV, par Charles de Saint
Pierre, par Victor Hugo, par Aristide Briand, Gustav Stresemann et le Comte de Coudenhove-Kalergi, mais jamais
réalisée à ce moment. Il a fallu des souffrances extrêmes, des abominations, mais aussi combien d’héroïsme pour
cette maïeutique.
Remonter à la source peut permettre de relier ce passé avec notre présent, et ceci par delà nos
frontières, qui ont coupé jusqu’à la connaissance de tous ces faits (Légendes comme Histoire). Ainsi,
Français, Allemands, Belges et Luxembourgeois, avons-nous décidé de nous grouper dans ce séminaire
en quatre étapes, pour essayer de relier les différents sites, afin d’en préparer une exploitation
pédagogique, mais aussi touristique, et pour nos quatre peuples et pour tous les autres visiteurs. Car
Ruines romaines du relais pour voyageurs de Chameleux installé sur la voie Reims Trèves
le monde entier est venu se battre ici, il peut y revenir pour se souvenir, pour découvrir, pour comprendre.
Préparons-nous à les accueillir, ces « touristes de mémoire ».
Au moment où nous allons célébrer le jubilé de Charlemagne mort en 814, en même temps que l’on commémore
le centenaire de la Première Guerre Mondiale, débutant en 1914.
D’ailleurs le lien est à faire, de l’éclatement de l’Empire de Charlemagne lors du Traité de Verdun suite aux
mésententes de ses petits fils, et la Première Guerre mondiale. L’Europe a vécu un millénaire de guerres civiles,
souvent pour savoir à qui appartiendrait la Lotharingie. Ainsi en 814, puis en 1814, et enfin en 1914.
Organisation, Public visé et conditions de participation
Une équipe d’organisation européenne constituée d’un Français, d’un Allemand, d’un Belge et d’un
Luxembourgeois, représentant la Route Européenne des Légendes (F), le Collège Professionnel Ehrenfeld de
Cologne (D), le Groupement Européen Ardenne Eifel (B), et la Fédération des Clubs de jeunes du Grand Duché du
Luxembourg (L). Noel Orsat, Maurice Lotsch, Véronique le Bichot, Jean-Luc Duvivier de Fortemps, ainsi que des
intervenants spécialistes de la période considérée, comme Jean-Pierre Lémant (archéologue).
Le séminaire de réflexion aura lieu en français et en allemand. Il n’est pas indispensable que les participants
disposent de connaissances linguistiques dans les deux langues, car une interprétation consécutive sera assurée
par une animatrice-interprète.
Ce séminaire vise des personnes intéressées par l’Histoire, la littérature, le conte, la formation, les politiques
« jeunesse », et la Construction Européenne. L’inscription doit se faire auprès du partenaire du pays dont on est
ressortissant.
Le transport pour se rendre au lieu de séminaire sera remboursé à 50% selon un barème établi. La Ligue de
l’Enseignement apportera sa compétence en matière d’ingénierie de formation.
Une coopération est établie avec le CIDEM (Civisme et Démocratie) qui soutient la démarche et met à disposition
deux expositions sur le thème de la Résistance en Europe et en Allemagne.

Document complet à télécharger avec le programme de novembre :

seminaire interfrontalier Europe Culture commune_novembre -2012

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :